Doit-on déjà savoir écrire pour apprendre une langue étrangère ?

 In Astuces pour apprendre, Pédagogie

Depuis que j’ai commencé les ateliers Homelike, il arrive souvent que l’on me demande s’il faut maîtriser l’écrit dans sa propre langue pour apprendre une langue étrangère. Autrement dit, devez-vous savoir parfaitement écrire dans votre langue maternelle pour en apprendre des nouvelles ?

Je souhaite vous partager mon point de vue sur ce sujet passionnant.

 

L’oral, une façon naturelle d’apprendre

La première fois que l’on m’a questionnée dessus, j’ai répondu par l’interrogative : avez-vous attendu de savoir lire pour apprendre votre langue maternelle ? La réponse est non, évidemment.

Vous avez d’abord entendu et retenu des sons. À force de les entendre et de les réentendre, vous les avez reproduits plus ou moins fidèlement, par tâtonnement, jusqu’à atteindre la perfection.

De la même manière, chercheriez-vous à initier quelqu’un à la musique en lui enseignant d’emblée le solfège, avant même de lui faire écouter le moindre morceau ? Non plus.

Alors, pourquoi cela se passerait-il différemment pour apprendre une langue étrangère ?

En réalité, il est parfaitement possible de commencer l’apprentissage d’une nouvelle langue à l’oral. C’est même la manière la plus naturelle d’appréhender une langue.

Même si vous êtes adulte, rien ne vous empêche de commencer par des activités de répétition orale, par des jeux ou bien des chansons !

À la manière de l’instrument de musique, cela vous permettra de nourrir votre goût pour cette langue avant même de vous pencher sur une approche plus théorique. Chaque chose en son temps !

L’anglais à l’école : un apprentissage théorique peu axé sur l’oral

Très tardif, l’apprentissage des langues étrangères au collège tel que nous le connaissons en France est très théorique. Et cela, dès le départ :

  • Acquisition de vocabulaire (pas toujours pertinent d’ailleurs)
  • Etude grammaticale et syntaxique (dont des notions linguistiques que l’élève ne comprend même pas dans sa langue maternelle)
  • Représentation graphique de sons différente de celle du français

En clair, tout est fait pour que le jeune collégien se retrouve perdu et écoeuré par la langue !

Ces dernières années, un effort a été fait pour introduire l’anglais dès l’école primaire. Bien. Mais il n’y a encore aucun consensus sur la manière dont il faut l’enseigner aux enfants. La méthode est laissée à l’appréciation de chaque responsable d’établissement.

Sans oublier que les enseignants ne sont pas forcément formés pour enseigner la langue. Au contraire, ils n’ont la plupart du temps comme seule et unique référence que la manière dont ils ont eux-mêmes appris l’anglais.

Avec Homelike, nous nous rendons compte de ces difficultés lors de nos ateliers d’anglais à destinations des adolescents. Pourtant formés à l’anglais depuis la primaire, ils peinent à prononcer certains phonèmes usuels, ce qui a tendance à les complexer. Ils ont souvent beaucoup de mal à se débarrasser d’un accent à couper au couteau.

atelier anglais distance

Si les Américains ont effectivement tendance à trouver ce « french accent » si séduisant, encore faut-il qu’ils y comprennent quelque chose !

L’oral et la phonétique, plus adaptés pour débuter

En réalité, il est préférable que l’enfant commence par un apprentissage oral.

La première étape consiste à apprendre à reproduire un maximum de sons : même si la majorité des sons anglais sont présents en français, il y en a quand même une dizaine qui sont différents.

Par ailleurs, il est contre-productif de confronter quelqu’un à l’écriture de syllabes qu’il ne prononce pas encore parfaitement.

Enfin, certaines combinaisons de lettres identiques en français et en anglais ne donnent pas du tout le même son dans l’une et l’autre langues. De quoi créer la confusion !

Progressivement, l’enfant va acquérir le vocabulaire usuel, pour communiquer à l’oral dans des situations de la vie courante.

Mieux vaut donc, avant de le confronter à la langue écrite, se préoccuper de tous les moyens de l’exposer régulièrement et durablement à l’anglais oral.

Une fois cette étape déjà bien avancée, vous pourrez lui apprendre à écrire correctement tel ou tel mot.

Fonctionner de cette manière permet de le plonger dans un nouvel environnement qui lui donne envie de s’exprimer dans cette langue.

 

L’écrit, une étape secondaire de l’apprentissage

Écrire, c’est coucher des sons sur du papier (ou de plus en plus, sur un écran !) afin de conserver des idées, de transmettre des informations.

Comprendre des phrases écrites est souvent plus facile car il est possible de s’y attarder et de comparer avec le français. Si cette facilité peut être grisante, elle ne veut pas dire que l’on maîtrise la langue. Et elle est surtout utile dans un second temps.

Aborder une langue vivante du seul point de vue de l’écriture, c’est se priver d’une part essentielle de sa fonction : la communication immédiate, orale. De plus, le jour où l’apprenant se retrouvera dans un contexte conversationnel, il risque de perdre ses moyens, ce qui est dommage.

Il est donc préférable de débuter avec une approche 100% orale, pour développer de bonnes habitudes de prononciation.

Et ne vous inquiétez pas : le moment arrivera forcément où, exposé à l’anglais écrit, l’apprenant fera le rapport entre son, graphie et signification.

Recommended Posts

Leave a Comment

engagements-homelike