Comment (enfin) oser parler anglais en public quand on est adulte ?

 In Les langues : un atout pro, Pédagogie

Pour les plus timides ou les plus perfectionnistes, commencer l’apprentissage d’une langue étrangère à un âge précoce est un formidable atout. Contrairement à un adulte, l’enfant-apprenti communique sans se poser de questions. Il est à l’aise à l’oral car il ne redoute pas de mal faire ni d’être ridicule. Malheureusement, beaucoup d’entre nous perdent cette insouciance avec les années, et des complexes inhibiteurs s’installent. Rassurez-vous, rien n’est perdu et vous pouvez réussir à parler anglais en public en apprenant la langue à l’âge adulte !

Voici nos conseils pour oser parler anglais en public lorsqu’on est adulte.

 

Pour parler anglais en public, ayez confiance (quel que soit votre niveau !)

Se mettre à l’apprentissage d’une langue à l’âge adulte n’est pas forcément évident. Il arrive que le doute l’emporte et nous bloque. D’où certains réflexes peu logiques.

Pourquoi attendre d’avoir un niveau de maîtrise quasi parfaite de la langue pour oser vous exprimer à l’oral ?

Pourquoi vous priver de tout contact, donc de toute occasion d’apprendre par les échanges oraux ?

Le paradoxe : souvent, alors que nous nous sentons complexés et mal à l’aise, les étrangers ne demandent qu’à nous voir essayer pour nous aider à nous améliorer !

Ayez confiance : la fragilité est quelque chose d’émouvant et de sympathique. Ne craignez pas que des natifs prennent votre mauvaise prononciation ou syntaxe pour un manque de respect ou d’effort d’ouverture.

Bien au contraire : en osant leur parler anglais en public, en osant aller « sur leur terrain » malgré vos difficultés, vous leur montrez votre intérêt et votre respect pour leur culture.

Oubliez l’idée que l’on peut se moquer de vous. L’humain reste, en général, bienveillant. Et la personne que vous avez en face, peu importe son statut, est un humain, comme vous et moi.

Soyez indulgent avec vous-même

Vous avez le droit à l’erreur et à l’approximation. C’est même nécessaire à un bon apprentissage. Surtout dans les premiers temps : il est normal de ne pas savoir ou de douter.

Tout le monde passe par le stade de débutant plus d’une fois dans sa vie. Ne croyez pas que c’est une position dévalorisante. Cela ne remet en aucun cas en cause toutes les compétences que vous avez par ailleurs.

Masquer ses lacunes en fuyant le dialogue n’aide évidemment pas à remédier à de mauvais usages et à progresser. En procédant ainsi, vous vous priverez d’occasions de vous voir corriger. Apprendre, c’est commencer par se tromper.

Si vous doutez encore de votre capacité à parler en anglais en public, mettez-vous dans la tête qu’une personne anglophone sera normalement aussi indulgente que vous le seriez pour elle devant son niveau de français imparfait.

Alors souriez, communiquez votre joie de partager plutôt que votre colère contre vous ou votre insatisfaction.

Autour d’un bon verre d’apéritif local, à la terrasse d’un café : choisissez un contexte dans lequel vous vous sentez à l’aise. Vous verrez, très vite, les accents ou maladresses passent comme une lettre à la Poste.

Quoi qu’il en soit, le maître-mot doit toujours être : « prendre du plaisir ».

Soyez conscient du chemin et prenez du plaisir !

Si vous souhaitez être capable de parler anglais en public avec aisance, vous devez être conscient du chemin. Soyez prêt à vous armer de courage et de patience : il faut des efforts et du temps pour se forger le vocabulaire et la bonne prononciation nécessaires à une conversation fluide. Et ce chemin, pour aller au bout de vos objectifs, vous devez apprendre à l’apprécier.

Pendant ces années d’apprentissage, gardez le cap, ne vous laissez pas décourager par quiconque. Ni par votre entourage, ni surtout par vous-même.

  1. Concentrez-vous d’abord sur la prononciation des sons qui n’existent pas en français.
  2. Puis, progressivement, faites-vous la main sur des sujets que vous maîtrisez, avec un lexique qui vous est familier.
  3. Assez vite, dès que possible, saisissez chaque occasion d’échanger avec des locuteurs natifs.

C’est en pratiquant que votre connaissance de la langue fait les plus grands bonds en avant. Si vous êtes amené à parler avec des anglophones, privilégiez si possible le tête-à-tête. En effet, deux individus de langue maternelle anglaise auront tendance à accélérer sensiblement leur débit et rendront les propos difficilement compréhensibles.

En duo, vous pourrez plus facilement contrôler le rythme de la conversation.

Parler anglais en public dans un contexte professionnel

Dans le milieu professionnel, c’est un peu pareil, sauf que vous pouvez facilement vous sentir en proie à des pressions plus fortes encore.

Parfois, nous jugeons de manière arbitraire que notre niveau est moindre que celui de certains collègues. Et cela a tendance à nous inhiber. On a alors tendance à se saborder sous prétexte qu’il y a meilleur que nous. C’est peut-être le cas, mais il y a très probablement aussi moins bon !

Alors, ne vous posez pas trop de questions : osez !

Si vos tâches quotidiennes impliquent de parler anglais en public de manière fluide et régulière, prenez le temps et offrez-vous suffisamment d’heures de formation en présentiel qu’il vous est nécessaire pour atteindre vos objectifs.

Enfin, si vous devez animer en anglais une réunion ou une présentation, préparez-la suffisamment à l’avance ! Cela vous permettra d’éviter d’être gagné par un stress paralysant.

Pour les mêmes raisons, ne vous mettez pas de pression supplémentaire. Ce ne sera pas la fin du monde si vous vous mettez à bafouiller ou si vous cherchez quelques mots !

Essayez de bien retenir les mots-clés de votre intervention et entraînez-vous à bien structurer vos phrases. Laissez un peu de place à l’impro pour ne pas devenir esclave de votre texte. Et dans les jours qui précèdent, immergez-vous dans l’anglais en écoutant les news sur les chaînes anglo-saxonnes, ou des séries TV ou films en VO.

 

Répétez des phrases à haute voix et forcez-vous à bien articuler. Faites si possible une répétition générale dans les lieux-mêmes de votre future intervention.

Voilà les quelques conseils que nous pouvons vous donner pour lever vos blocages.

 

En espérant qu’ils vous seront utiles pour votre prochaine prise de parole en public 😉

Recommended Posts

Leave a Comment

plateforme_elearning_qioz